high-tech-enfant

high-tech-enfant. High-tech : vos ados vont vous demander ces smartphones. Ce n'est pas vraiment de la High tech , mais c'est le phénomène du moment : fidget spinner ou Hand spinner.

 

*************************************************************************************************

Ce qu'il faut savoir sur le "fidget spinner" ou hand spinner, le nouveau jouet qui envahit les cours de récré

Peu chères et discrètes, ces petites toupies à faire tourner sur la main ont envahi les cours de récréation des écoles américaines, suisses, belges et débarquent en France. Le phénomène ne se limite pas aux enfants, peut-être avez-vous vous-même repéré ces drôles de toupies dans les mains de vos collègues à la machine à café.

Ronde, pointue, pailletée, à trois branches ou plus... Une curieuse petite toupie s'est greffée sur les doigts des écoliers, et peut-être même de vos collègues. Elle tourne vite, longtemps, sur n'importe quelle surface et elle est devenue le jouet le plus populaire du moment. Elle, c'est le fidget spinner - ou hand spinner - qui est aussi devenue la hantise des professeurs : son succès est tel que de plus en plus d'écoles américaines se mettent à l'interdire.

Ce qu'il faut savoir pour ne pas passer pour un ringard devant vos enfants, vos neveux ou vos collègues qui n'ont ou ne vont pas échapper à la mode. 

Il a été créé par une mère de famille américaine

Le fidget spinner a été créé par une Américaine, Catherine Hettinger, en 1997. Au journal anglais The Guardian, elle explique avoir eu l'idée de ce jouet durant un été où elle souffrait d'une grave myasthénie, une maladie qui provoque des faiblesses musculaires. Catherine Hettinger a beaucoup de mal à jouer avec sa fille, Sara.

"J'ai commencé à bricoler rapidement des trucs avec des journaux et du scotch, puis d'autres choses. Ce n'était même pas un prototype, juste un semblant de quelque chose, mais elle a commencé à y jouer d'une manière différente, et je l'ai adapté. En quelque sorte, on l'a co-inventé. Elle pouvait le faire tourner, moi aussi, et c'est comme ça que ça a été créé", confie la maman dont la fille a désormais 30 ans. 

Une autre version, très relayée par la presse, avance que Catherine Hettinger aurait eu l'idée du fidget spinner après avoir observé de jeunes Palestiniens jeter des pierres sur des policiers, alors qu'elle rendait visite à sa sœur en Israël. L'inventrice aurait ainsi réfléchi à un objet qui puisse les occuper et les calmer. Elle aurait été interviewée à ce sujet par CNN, mais impossible de retrouver la source exacte de cette histoire qui existe d'ailleurs en plusieurs versions.

Le jouet a, à l'époque, peu de succès et sa créatrice doit en céder le brevet en 2005, faute de pouvoir rassembler les 400 dollars nécessaires à son financement. 

Il s'est popularisé chez les enfants autistes

Depuis, ce sont surtout les parents d'enfants autistes qui ont découvert une utilité au gadget : il parvient à fixer la concentration des personnes autistes ou hyperactives et à les apaiser. "J'ai pu voir les bénéfices de cet objet", écrit par exemple la mère d'un enfant autiste, elle-même atteinte de troubles de l'attention. "Mon fils et moi avons remarqué que lorsque nous l'utilisons, cela nous permet de nous concentrer uniquement sur le mouvement" de la toupie et à ne pas se laisser distraire par d'autres choses. Et "après une période d'utilisation, nous sentons tous deux que notre réactivité tactile semble plus adaptée au changement", écrit-elle.

Ce que confirme un médecin interrogé par CBS qui explique que "les thérapeutes utilisent depuis longtemps ce genre d'objets pour aider les patients à se concentrer sur ce qu'ils font".

Selon Time, la créatrice est ravie du succès de son jouet. "Peut-être que si c'était une sorte de produit addictif - comme un nouveau genre de cigarettes - et que ma seule motivation était l'argent, j'aurais une attitude différente. Mais je suis simplement enchantée", confie-t-elle au magazine américain.

Une mère de famille américaine, dont l'enfant est autiste, l'explique dans les colonnes du Huffington Post américain. "'Maman, c'est comme si tout le monde voulait être autiste comme moi maintenant !' m'a annoncé ma fille de huit ans en sortant de l'école lundi. Elle faisait référence à la nouvelle folie des fidgets spinners dans son école (et dans toutes les autres écoles du pays, apparemment). Soudain, c'était "cool" de vouloir un spinner et si tu n'avais pas le jouet-que-tu-dois-avoir, c'était toi qui étais différent", développe cette maman.

Le jouet n'a pas séduit que les enfants : en décembre 2016, déjà, le magazine Forbes l'a élu "jouet de bureau 2017". "Quelques-uns d'entre nous ont remarqué qu'on quittait moins nos bureaux, en concentrant notre énergie dans le spinner au lieu de faire un bête voyage vers le garde-manger", détaillent les testeurs. 

Il fait l'objet de millions de vidéos de démonstration

"L'objet le plus satisfaisant du monde", "Les 8 hand spinners les plus originaux", "Hand Spinner, à quoi ça sert ?", "Les 10 figures de hand spinner les plus cools" : YouTube s'est emparé de la petite invention de Catherine Hettinger. 638 000 résultats pour hand spinner, presque deux millions pour fidget spinner. De quoi donner un petit coup de pouce à la popularité de la toupie.

Il pourrait rapidement connaître une rupture de stocks

Autre atout du petit jouet : son prix. Puisque le brevet est dans le domaine public, on peut en trouver un à partir de deux euros. Les prix peuvent monter jusqu'à 20 euros pour les modèles les plus performants. De quoi provoquer une ruée vers les magasins : en Suisse, où le petit jouet a débarqué il y a peu, les fournisseurs n'arrivent plus à suivre, selon le journal Le Temps.

Même constat en France, du côté de l'enseigne Toys'r'us. "C'est vrai que ça cartonne. C'est une tendance qu'on a décelée il y a maximum cinq ou six semaines, c'est vraiment tout récent. L'engouement vient directement d'internet. Il y a énormément de demande et, dans tous les magasins de France, pas un Toys'r'us n'est épargné", explique la firme à franceinfo. 

Toys'rus a mis en place des livraisons spéciales et le stock est réapprovisionné une à deux fois par semaine. Mais même avec ce dispositif, difficile de combler la demande. "On a déjà vendu plusieurs milliers de pièces en une seule journée en France et on peut écouler plusieurs centaines de pièces dans un seul magasin."

Les concurrents de la marque ont un bilan identique : La Grande Récré en a vendu 200 pièces en trois jours dans son magasin du boulevard Poissonnière, à Paris. Ils étaient, mercredi 10 mai, à court de marchandise. 

Il commence à énerver les enseignants...

Tout simplement parce que les enfants préfèrent se concentrer sur leur jouet plutôt que sur leurs cahiers. Comme les billes ou autres jeux de cour de récréation, ils provoquent aussi de petits conflits entre enfants. Ils ont été interdits dans plusieurs écoles américaines. Citée par le Chicago Tribune, Kate Ellison, directrice d'une école primaire à Evanston (Etats-Unis), a reçu des plaintes des professeurs.  "Franchement, nous avons découvert que les fidgets spinners avaient l'effet inverse de ce à quoi ils prétendent", juge-t-elle.

Une autre école de New York, la MS 442 a quant a elle posté un message sur son site internet pour avertir les parents de l'interdiction des spinners"Même s'ils semblent inoffensifs, ces objets sont sortis durant la classe et distraient élèves et professeurs. Ils sont également lancés dans les couloirs à l'occasion des pauses, dans la cafétéria et à la récréation. Ils sont petits, mais peuvent blesser sérieusement quelqu'un", écrit l'établissement pour justifier sa décision.  

C'est aussi le cas dans plusieurs lycées. Repris par le site Business Insiders, Alexi Roy, fondateur du site Spinnerlist, qui se revendique comme "la plus grande base de données" sur les fidget spinners, affirme avoir contacté les 200 plus grands lycées américains. Soixante-sept lui auraient confirmé l'interdiction du petit gadget. 

Un effet de leur succès que regrettent ceux qui en ont le plus besoin. 

Une mère de famille américaine, dont la fille de huit ans est autiste, s'en alarme dans les colonnes du Huffington Post américain. "Je m'inquiète car les écoles sont promptes à réagir et à interdire à tous d'utiliser des fidgets spinners juste parce qu'ils sont très populaires. Je m'inquiète du fait que les gens pensent qu'elle joue comme tout le monde, et qu'ils oublient que pour certains, ces fidgets sont nécessaires pour réduire leur stress", développe cette maman.

En France, pas d'interdiction massive dans les écoles pour l'instant, car le phénomène est très récent. Le ministère de l'éducation précise d'ailleurs sur son site internet que, si le règlement intérieur d'un établissement scolaire peut prévoir d'interdire certains objets dans son enceinte, cela est laissé à l'appréciation du directeur. Certains professeurs semblent d'ailleurs s'être remarquablement adaptés !

*************************************************************************************************

Faut-il craquer pour la Nintendo Switch?

C'est le grand phénomène vidéoludique de ce début d'année. La Switch, la nouvelle console de jeux vidéo de Nintendo, s'arrache comme des petits pains. Mais est-ce pour son concept hybride ou bien tout simplement pour son jeu vedette, The Legend of Zelda: breath of the Wild? 

C'est sans aucun doute l'événement vidéoludique de ce début d'année. La Switch de Nintendo, qui a été commercialisé le 3 mars dernier, a fait vibrer la communauté des gamers en général et celle des nintendolâtres en particulier. Cette nouvelle console de jeu ravive chez eux tous les souvenirs liés aux grandes heures de la maison japonaise, de la NES à la Wii, en passant par la N64 bien évidemment. Une fois de plus le géant du jeu vidéo est parvenu à être là où on ne l'attendait pas, avec une machine qui rompt avec la concurrence. 

L'arrivée d'une nouvelle console de jeu marque toujours une nouvelle étape sur le marché du jeu vidéo d'autant plus que l'industrie a pour habitude d'avoir une console par génération. La génération 8 de salon, qui a démarré avec la Wii U en 2012, se veut totalement en rupture avec les précédentes, chaque constructeur ayant décliné ses machines: Sony a ainsi lancé l'année dernière la PS4 Pro après le très gros succès de la PS4. Microsoft a quant à lui lancé sa Xbox One S pour se relancer, en attendant le Project Scorpio qui sera dévoilé à l'E3 en juin (pour une commercialisation probable à la fin de l'année). Quant à Nintendo, il se devait de réagir vite après le gadin de sa Wii U. Après l'énorme succès de sa Wii (101,6 millions d'exemplaires vendus), il a dû se rendre à l'évidence: la mayonnaise n'a pas pris avec la Wii U (13,56 millions d'unités).

La Nintendo Switch doit donc faire oublier cette contre-performance. C'est un peu la console de la dernière chance pour le constructeur de Kyoto. Pour cela, elle s'inscrit en totale rupture avec la concurrence et renoue avec l'ADN de la marque japonaise. " Le concept de la Switch est décalé. Ça nous va bien d'être décalé par rapport à nos concurrents ", expliquait Philippe Lavoué, le directeur général France de Nintendo à Challenges début janvier lors de la présentation de la machine au Grand Palais.  L'idée pour le constructeur est de proposer une machine hybride qui fait aussi bien console de salon que console portable. Concrètement, la Switch se compose d'un écran amovible que l'on clipse sur un support fixe pour le salon mais que l'on peut emporter en mobilité, grâce aux deux joysticks, les Joy-Con que l'on fixe sur les deux côtés de l'écran.

Challenges fait le point sur les avantages et inconvénients de la Nintendo Switch.

1/ Les avantages

  • Le design

Côté design, rien à dire, Nintendo parvient à casser la monotonie des blocs en plastique noir sous l'écran de télévision. Très compact, l'ensemble peut facilement être transportable en vacances notamment pour cumuler les expériences sur grand écran et en mobilité. Et les deux Joy-Con qui se transforme en un joystick, c'est plutôt astucieux. 

  • Un produit 2 en 1

C'est un des très gros avantages de la Switch: la console peut aussi bien être de salon que mobile. Idéal pour débuter une partie sur grand écran et la poursuivre dans les transports en public ou en déplacement. Plus besoin de s'équiper en 3DS ou bien en PSVita pour jouer en mobilité. la Switch vient d'autre part directement concurrencer les smartphones et les tablettes. Avec le risque de cannibaliser les ventes de 3DS? Chez Nintendo, on n'y croit pas une seconde.

  • The Legend of Zelda: Breath of the wild

Voici LE meilleur argument de vente de la Switch. Le dernier épisode des aventures de Zelda est sans aucun doute ce qui a le plus joué en faveur de la nouvelle console et qui a tiré ses ventes vers le haut, dès le premier mois. D'une part parce que c'était le seul gros jeu disponible à sa commercialisation, d'autre part parce qu'il était annoncé depuis quelques années déjà (sur Wii U initialement) et donc très attendu par les nintendolâtres, et enfin parce que c'est un excellent jeu qui fait l'objet de critiques dithyrambiques (il obtient la note de 97 sur 100 sur Metacritic. " Voilà une licence qui nous a manqué au lancement de la Wii U ", reconnaît Philippe Lavoué.

  • La promesse d’un gameplay différent

Les Joy-Con ont pour objectif de renouer avec les grandes heures de la Wii, la console de jeu familiale par excellence. Le multijoueur local doit retrouver ses lettres de noblesses. C'est la promesse d'un jeu comme 1-2 Switch ou bien d'un Mario Kart ou encore un titre comme Arms. Au total, huit joueurs peuvent prendre part à une même partie.

  • L’autonomie

Officiellement, l'autonomie de la Switch est comprise entre 2,5 et 6 heures en fonction des usages. Il faut compter 3 heures d'autonomie pour un jeu comme Zelda. Ce qui est largement suffisant en déplacement.

2/ Les inconvénients

  • Un line-up encore maigre

Le line-up de sortie est assez maigre comparé à celui qui accompagnait le lancement de la Wii U. Mais chez Nintendo, on fait remarquer que ce dernier n'a pas empêché à la Wii U de faire un bide! En attendant le Mario Kart 8 Deluxe prévu pour le 28 avril, les joueurs doivent encore se satisfaire de peu: Just Dance (Ubisoft) Skylanders Imaginators (Activision) pour les éditeurs tiers, 17 titres indépendants disponibles sur l'e-shop (Runner3, de Choice Provisions, SteamWorld Dig 2, d'Image & Form Games, Yooka-Laylee, de Team17 et Playtonic Games, Blaster Master Zero, d'Inti Creates, Pocket Rumble, de Chucklefish Games et Cardboard Robot Games…). Pour FIFA (EA Sports), il faudra attendre la rentrée de septembre…

  • 1-2 Switch

Ce devait être le jeu familial par excellence, qui permet de se rendre compte de l'esprit décalé de la Switch. Au total 28 mini-jeux à deux. Autant d'expérience plus ou moins ratées car sans aucun intérêt. Après les avoir testé, au-delà du ridicule de certaines situations, aucune envie d'y retourner. A éviter. Surtout à 45 euros!

  • Une expérience multimédia absente

Face à une concurrence qui a voulu dans un premier temps vendre leur console comme un véritable hub multimédia au cœur du salon, (on pense notamment à Microsoft avec sa Xbox One), la Switch fait pâle figure. Pas de YouTube, de Spotify, de Netflix à l'horizon. Et encore moins de lecteur de blu-ray qui permet de transformer la console en simple lecteur. Nintendo a toutefois fait savoir qu'il allait revoir sa copie. Wait and see…

  • L’évolution de la Switch

C'est la grande inconnue. La Switch ne fait pas partie des consoles les plus puissantes du marché. Selon certains tests, elle se situerait entre la WiiU et la Xbox One. Sera-ce suffisant pour faire face aux nombreuses évolutions du gaming (VR, AR). Evidemment non. Alors chez Nintendo, on fait remarquer que la puissance n'a jamais été la marque de fabrique de ses consoles, mais quand on voit que Sony a mis à jour sa machine (PS4 Pro), que Microsoft s'apprête à dévoiler le puissant Project Scorpio, on peut se poser la question du poids de la Switch dans deux ans face à des monstres de technologies compatibles avec la 4K, les casques de réalité virtuelle et autres innovations qui demandent toujours plus de puissance…

  • Le prix

Le prix de vente est compris entre 299 et 330 euros, soit un prix égal ou supérieur à celui de la PlayStation 4 Slim 500 Go ou de la Xbox One S 500 Go avec un jeu (l'une et l'autre à 300 euros). La PS4 Pro est, elle, à 400 euros… L'acheteur potentiel devra se poser la question de ses usages et envies de jeux avant de plonger.

Visiblement cela n'a pas empêché les aficionados de se ruer dessus. La console est progressivement en rupture de stock. Il faut la commander par exemple sur le site de la Fnac. "Si les consommateurs ont des difficultés à trouver une console ou un accessoire Nintendo Switch, nous les encourageons à se renseigner auprès de différents fournisseurs. Les stocks disponibles peuvent varier considérablement en fonction des fournisseurs et de la manière dont ils décident de répartir leurs stocks", prévient le fabricant. Il s'en serait vendu près d'1,5 million  d'exemplaires en 15 jours, selon SuperData. En France, il s'en est vendu 105.000 exemplaires lors de sa semaine de sortie (Rappelons que la Wii U s'était plutôt bien vendue à son démarrage en France: 95.000 unités). Le constructeur de Kyoto avait prévu 2 millions d'unités courant mars. Il devrait sans problème atteindre son objectif.

*************************************************************************************************

High-tech : vos ados vont vous demander ces smartphones

 

Echo Plum

 

 

Echo Plum

Toute nouvelle marque française créée l'an dernier par les Frenchies de Modelabs, Echo entend séduire celles et ceux qui veulent s'équiper pour la première fois d'un smartphone en misant sur des produits simples et des prix planchers. L'Echo Plum cible ces jeunes ados, qui réclament pour la plupart un smartphone à leur entrée au collège. Avec un impératif : le portefeuille des parents qui, souvent, pour des « petits » qui entrent en 6e, ne veulent pas dépenser trop d'argent pour ce type d'appareil.

 -

A seulement 49 €, ce modèle très compact avec écran 4 pouces (de la taille d'un iPhone 4) propose le juste nécessaire sous Android avec un appareil photo de seulement 5 mégapixels. « Cela permet de débuter sans se ruiner », explique Frédérick Gian, directeur général d'Echo. Le Plum ne propose que de la 3G, « ce qui, selon nous, n'est pas du tout un handicap pour les jeunes ados qui préfèrent le plus souvent connecter leur appareil sur le wi-fi de la maison ». Echo Plum, 49 €, à partir d'avril.

*************************************************************************************************

cadeaux high-tech originaux et made in France

Les start-ups françaises ont rivalisé d'inventivité en proposant des jouets qui épateront les plus petits. Nous avons sélectionné pour vous trois cadeaux qui sortent vraiment du lot.

Les enfants sont de plus en plus jeunes à utiliser smartphones et tablettes pour des petits jeux pédagogiques ou créatifs. Vous trouvez ça bien mais voulez continuer à solliciter leur imagination avec de vrais jouets ? Voici trois objets français très originaux à mettre sous le sapin, à la croisée entre monde numérique et jouets à l'ancienne.

? Des coloriages qui prennent vie avec les cahiers de dessins animés
Il est encore possible de bluffer vos technophiles en herbe en leur présentant un cahier de coloriage. Et pour cause, le cahier de dessin animé créé à l'origine par les français Pierrick Chabi et Claire Faÿ est une invention épatante. Décliné en deux applications et en quatre versions différentes, le cahier de coloriage publié par les Editions Animées fonctionne avec une application dédiée (Wakatoon ou BlinkBook).

Comment ça marche ? C’est très simple. L’enfant colorie son cahier avec ses crayons de couleurs, feutres, peinture ou pastels habituels. Vous vous munissez d’un smartphone ou d’une tablette, vous téléchargez l’application du livre, et vous prenez en photo le dessin de votre enfant grâce à un calque pré-configuré. En appuyant sur Play, l’enfant va voir son dessin et les couleurs qu’il a choisies s’animer et créer un conte sonore et musical. Effet garanti : les enfants ne lâchent plus leurs cahiers pour découvrir quelle histoire se cache derrière le prochain dessin colorié.

Le cahier de dessin animé se décline en quatre versions et vous pouvez même le tester gratuitement avant de l’acheter sur le site des Editions Animées. Vous trouverez les Contes d'Andersen, le cahier de dessin animé Wakatoon avec des animaux ou sur le thème de la mer et même un cahier de coloriage pour apprendre l'anglais (Pink Rose). De 8,90 euros à 17,90 euros selon les modèles de cahiers.

? Des chiffres et des lettres numériques en bois pour enfants
Cette fois, vous allez pouvoir encourager votre enfant à se servir intelligemment d'une tablette pour apprendre l'écriture et le calcul en s'amusant. Smart Letters de Marbotic est un jeu de lettres connectées en bois. Grâce à trois applications différentes, l’enfant pose ses doigts ou les lettres et chiffres sur la tablette et interagit avec les jeux proposés.

Les applis éducatives Marbotic ont été développées selon la pédagogie d’apprentissage Montessori, une méthode éducative alternative basée sur l'éducation sensorielle des enfants. Les chiffres et lettres Marbotic ne sont compatibles que sur iPad pour le moment. Vous pouvez acheter soit des lettres, soit des nombres pour 49,99 euros avec 3 applications comprises par kits. Le kit Smart Numbers et Smart Letters coûte actuellement 79,99 euros au lieu de 84,99 euros sur la boutique en lignede Marbotic.

? Lunii, le petit transistor bourré d’histoires
Lorsque Maëlle Chassard à l'idée de concevoir un transistor à histoires interactif, elle est étudiante en école de design. Lunii est un petit poste radio qui va décoller vos enfants des écrans en leur permettant de composer eux-mêmes leurs histoires, grâce à des dizaines de combinaisons possibles. Ils peuvent ainsi choisir un héros ou une héroïne,  les lieux de l’action et des "ingrédients mystère”.

En apparence, la fabuleuse fabrique à histoires Lunii est un objet en bois coloré avec de gros boutons faciles à utiliser. L'image choisie par l'enfant est projetée sur le boîtier en transparence. Lorsque tous les éléments de l’histoire ont été sélectionnés, le conte sonore débute, sur haut-parleurs ou prise casque. Et à l'intérieur, Lunii abrite un micro-ordinateur, un écran LCD pour la projection et une batterie. 42 combinaisons d'histoires originales sont disponibles, et des mises à jour sont prévues ultérieurement. Lunii est accessible en promotion actuellement au prix de 45 euros sur le site du Noel de la FrenchTech.

*************************************************************************************************

Le high-tech des enfants

L'industrie du jouet est aussi concernée. « Le jouet high-tech occupe une part importante de nos ventes aujourd'hui, explique un conseiller du magasin de jouets La Grande Récré à Aubière, et ça concerne les enfants dès 3-4 ans. » La collection Kidi de chez Vtech propose une gamme d'objets high-tech pour les enfants de tous âges. Du réveil connecté qui délivre l'indice de chance du jour de son propriétaire, au journal intime top secret qui ne s'ouvre que par commande vocale ou reconnaissance faciale, il existe tout un panel de produits innovants qui rencontrent un fort succès auprès des enfants.

La high-tech pour les enfants !

L'enfant né ces dix dernières années a grandi avec le boom des nouvelles technologies. Internet, jeux vidéos, gadgets, téléphones portables... les geeks en culottes courtes sont bel et bien là. Les marques ont bien compris qu'un enfant, ça s'élève dès le plus jeune âge...

Si les produits High-tech se féminisent, ils s'infantilisent aussi. Les enfants représentent une formidable cible pour les acteurs de l'électronique grand public : consommateurs de demain, les bambins sont devenus au fil des ans de véritables prescripteurs qui affirment leurs goûts et leurs souhaits au sein de la famille. De la nourriture dédiée enfants au mobilier design fabriqué spécialement pour ces tendres Chérubins (comme ce lit qui déclenche des bercements quand l'enfant pleure), les méthodes marketing des marques sont bien affûtées. C'est limite si elles ne cherchent pas simplement à séduire l'enfant en se disant que de toute façon, les parents - et leur portefeuille - suivront bien.
Le marché juteux de la high-tech n'est pas en reste. Les enfants manient la souris mieux que maman et papa se fait gentiment rhabiller aux jeux vidéos. Ainsi soit-il. Dès lors que ces futurs nerds utilisent parfaitement le matériel dédié aux adultes, pourquoi les marques s'usent-elles à créer des produits "spécial enfant" ? Plus ludiques, ultrasimplifiés, habillés de couleurs acidulées, ces objets séduisent-ils plus nos petits ? Les Legos vivent-ils leurs derniers jours ?
Cette rubrique proposera les tests de produits conçus pour les enfants. On y trouvera pêle-mêle consoles, téléphones, gadgets, jeux, lecteur de DVD, lecteur MP3, robots...

Des nouvelles technologies au service de qui ?

"Formidable, c'est tellement bien fait que mon enfant peut y jouer tout seul !"  Tranquillité pour des parents ne plus en plus sollicités par leur vie professionnelle ? Certains pédiatres et autres psychologues tirent l'alerte quant à l'utilisation trop systématique des jouets électroniques, d'internet et des jeux vidéos. La high-tech ne doit pas remplacer les échanges avec les parents. C'est en tout cas ce que délivrent en substance certains messages d'associations familiales. Sans aller jusqu'à prôner ici des conseils moralisateurs et donneur de leçons, il est vrai qu'un enfant peut se laisser facilement transporter dans la bulle high-tech, au moins aussi facilement que nous, adultes. Si certains produits et applications facilitent les échanges avec les autres, d'autres peuvent couper les relations au monde extérieur. En outre, la plupart de ces jeux interactifs sont véritablement chronophages.

Certains de ces jouets  aident les enfants à progresser, à s'éveiller. Le risque étant que la stimulation peut engendrer une surstimulation. Un enfant qui ne possède pas de jouet high-tech sera-t-il moins bon, moins performant ?
L'an passé, dans Wired, on pouvait lire un article sur les entreprises des nouvelles technologies qui tentent une percée en force dans l'univers des enfants. Tony Long de Wired disait alors : “ce sont les enfants qui sont supposés utiliser leur imagination, pas les jouets”. Un argument qui donne à réfléchir...

Des prix qui peuvent flamber

100 euros un téléphone portable pour petits, plus de 150 euros un robot, 200 euros une console portable avec un jeu... les constructeurs n'y vont pas avec le dos de la cuillère, comme on dit vulgairement. Même si le prix de certains produits est peu élevé (anormalement parfois d'ailleurs), d'autres se paient chers, très chers. Mais les marques n'ont pas oublié de séduire également les parents en jouant sur une corde sensible :  "mon enfant mérite ce qu'il y a de mieux pour accompagner son développement."
Dès lors, le prix à payer devient presque un détail...

 

**************************************************************************************************************

La balise qui localise votre enfant

 
La solution est composée de:
  • Une interface de gélocalisation sur internet et application mobile
  • Un système de notifications des alertes via application, mails et sms
  • - Accès illimité à la solution
  • - Une position toutes les minutes
  • - Plusieurs utilisateurs sur un même compte
  • - Plusieurs balises sur un même compte
  • - Fonctionne partout en Europe

http://www.maptitebalise.com/

Ma P'tite Balise : une idée 100 % française

 

Ma p'tite balise est certainement le prochain objet connecté que l'on retrouvera dans tous les cartables de nos enfants. Cette petite balise GPS pour enfant est l'objet obligatoire pour les parents stressés. Grâce à cet appareil, vous pouvez connaître à tout moment la position de vos enfants. En outre, en cas de problème (accident, enlèvement...) ou tout simplement pour rassurer les parents un système d'alerte est prévu. 
Ma P'tite balise est la première solution de géolocalisation pour les enfants de 7 à 12 ans alliant balise GPS et application smartphone. Elle permet de connaître la position de vos enfants à tout moment de la journée et d'être averti en cas de problème grâce à un ingénieux système d'alertes.

 

Ma P'tite Balise est vendue 99 € (prix de lancement au lieu de 129 €) auxquels il faut ajouter un abonnement à 8 €/mois avec un engagement de 24 mois, à 11 €/mois avec un engagement de 12 mois ou à 16 €/mois sans engagement. Autrement, il est possible de faire baisser la facture avec les offres prépayées : 12 mois+ (119€) ou 24 mois+(159€). Ma P'tite balise est conçue par l'entreprise française Hareau basée à Paris. Devant le succès du premier article que nous lui avions consacré, nous avons décidé de tester ce service de géolocalisation pour enfant. A ce titre nous remercions l'entreprise Hareau de nous avoir gracieusement prêté un exemplaire de test. 

ET :

Gémo manteau balise GPS

Le wearable computing n'aura jamais aussi bien porté son nom : la marque de vêtements Gémo proposera prochainement une ligne de manteaux équipés de balises GPS pour suivre les enfants. À partir du 17 septembre prochain, les magasins Gémo proposeront une ligne pour enfant particulièrement high-tech dans le but principal de séduire les parents. La firme s'est associée à la start-up Ma P'tite Balise pour proposer des manteaux associés à des balises GPS.

Gémo manteau balise GPS L'idée de la ligne de vêtements : permettre aux parents de surveiller la géolocalisation de leur progéniture depuis un site dédié ou directement depuis une application mobile. Chaque manteau est ainsi livré avec une balise GPS qui renvoie des données de localisation à un serveur. Proposé 99 euros à l'achat, il en coutera toutefois également un abonnement au service facturé 4,90 euros par mois. La balise n'est pas directement intégrée aux vêtements, elle se présente tout simplement comme la petite balise bleue déjà proposée seule par le fabricant depuis bientôt deux ans. L'application dédiée permet d'indiquer aux parents la distance qui les sépare de leur enfant, de géolocaliser précisément la balise. Mais elle propose également des fonctionnalités avancées comme la capacité de définir un périmètre de sécurité autour du parent, une alarme retentissant alors lorsque l'enfant dépasse la barrière définie. Autre point intéressant de la balise : un bouton permet à l'enfant, via un bouton SOS, de communiquer directement avec ses parents. Notons que le partenariat qui débutera le 17 septembre se terminera le 19 octobre. Rien n'indique si une collaboration à long terme est prévue actuellement.

**************************************************************************************************************

 Soutenez celles et ceux qui s'investissent chaque jour pour mettre à jour le site. N'hésitez pas à communiquer ce site auprès de vos amis, de votre entourage, de vos proches sur les réseaux sociaux. Vous aussi faites découvrir le site et encouragez les personnes qui contribuent au dévelopement du site. 

Toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engage en rien l'éditeur de ce site.
Le site ne peut être tenu  responsable du contenu et décline toute responsabilité en cas d'erreur.

K S N  production :  Concepteur et réalisateur  du Site.  

DRAGON  GROUPE :  LEADER des sites internet dédié aux hommes . Créateurs de projets et de sites Web.

Copyright 2013 , tous droits réservés. Les marques mentionnées sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs. 

L'utilisation de ce site implique l'acceptation des Conditions Générales d'Utilisation et des Mentions Légales.

Ajouter un commentaire